ESPACE ÉTUDIANTS

L'embarqué , vous connaissez ?

UNE QUESTION ?

Chassons les idées fausses :

Je suis obligé d’aller vers une filière IT dans mon école car, bien qu’intéressé par les drones, les robots, les véhicules autonomes, je veux absolument me spécialiser sur les métiers en pointe (IA, cybersécurité, data science…
    • FAUX…l’IA, les data sciences, la cybersecurité, sont aujourd’hui des notions clefs dans les systèmes embarqués. Désormais les systèmes embarqués – mêmes les plus critiques – sont de plus en plus connectés ce qui impose de les concevoir en y intégrant les contraintes de cyber-sécurité
    • De plus, les contraintes de souveraineté et de développement durable (consommation énergétique, etc…) imposent d’optimiser le traitement des données depuis leur source, ce qui se traduit par un fort développement de l’IA embarquée (CF plan IA embarqué https://www.entreprises.gouv.fr/fr/numerique/enjeux/intelligence-artificielle-embarquee=
Je sais que les SE sont désormais très répandus dans de nombreuses industries (automobile, ferroviaire, aéronautique et spatial, médical, telecom, …), mais jamais je serai bloqué dans l’industrie dans laquelle je commencerai ma carrière !
    • FAUX ET TROIS FOIS FAUX ! car bien que chaque marché de système embarqué ait ses contraintes (et ses normes spécifiques), les fondamentaux restent les mêmes (robustesse, safety, frugalité des ressources de calcul, notions de temps réel, etc…) et au contraire chaque industrie recherche à  valoriser les solutions éprouvées par d’autres. Ainsi le ferroviaire s’intéresse à la 5G pour remplacer ses réseaux GSM-R, l’aéronautique à l’optimisation de la certification au travers des validations des systèmes ADAS (Advanced Driver Assistance Systems) de l’automobile, et à sa manière d’intégrer peu à peu l’IA embarquée…
    • De plus, toutes les industries sont intéressées par la manière avec laquelle les Telecom ont intégré les méthodes de développement agile, les techniques de containarisation de la donnée, ou les technologies Open-Source, que ce soit en logiciel (intérêt pour le nouveau langage Rust par exemple) ou dans le hardware (architectures Risc-5, etc… 
    • Et de nouveaux marchés se font jour (médical, agriculture,…)
Je veux commencer ma carrière sur des activités de conception, car si je commence comme ingénieur de test je ne pourrai jamais évoluer !
    • FAUX, et…contrairement aux idées reçues (et à la perception des étudiants…), les activités de test, de V&V (Validation & Verification) représentent un acquis fondamental, car c’est là que tous les errements et les erreurs de développement se révèlent ainsi que …leurs conséquences sur la qualité, les délais et les coûts !   
    • Il est donc fréquent qu’un ingénieur débutant soit affecté à ce type de tâche, dont il sortira après quelque temps pour valoriser son expérience dans des acticités de spécifications ou de développement… 
Le mode des systèmes embarqué est trop compliqué, jamais je n’aurai le niveau!
    • Plus qu’une question de niveau, il s’agit plutôt de comprendre et d’aimer traiter les enjeux pesant sur ces systèmes, robustes, performants, de plus en plus connectés et souvent considérés « critiques », qu’il s’agisse du temps de réaction (notion de temps réel, de « latency », ..), de la résistance au hasard pouvant conduire à l’accident grave (safety) ou à ce qui n’est pas le fruit du hasard – malveillance, piratage – (cyber sécurité), à la nécessité de travailler sous contraintes de moyens (capacité de calcul, mémoire, données disponibles, …)
    • l’ensemble devant – et permettant – de relever les défis imposés par le développement durable, qu’il s’agisse d’optimiser les énergies consommées – ou rejetées – (par exemple dans les véhicules autonomes et électriques, …), d’allonger la durée de vie, de permettre le recyclage, et de plus en plus la souveraineté (« privacy » des données, composants électroniques, …)  
Je sais que l’IT recrute et bien que les systèmes embarqués m’intéressent, je pense que ce secteur ne recrute plus en France ou en Europe !
FAUX, Plus que jamais je secteur des systèmes embarqué manque d’ingénieurs et de techniciens…car tous les marchés nécessitent des systèmes embarqués de plus en plus performants, conçus et ….fabriqués en France ou en Europe, qu’il s’agisse d’automobiles ou de trains connectés et de plus en plus autonomes, de nouveaux modes de mobilités (EVTOL – Electric Vertical and Take Off Landing), de capteurs intelligents et frugaux en énergie (médical, …).
Je suis passionné par le monde de l’open source, or il n’y en aura jamais dans les systèmes embarqués !
    • FAUX, de plus en plus FAUX…
    • Le secteur des télécommunications a été pionnier en la manière car il a su extraire et adapter le monde IT à ses contraintes de performances, certaines ressemblant à celles des systèmes embarqués : méthodes agiles de développement, emploi de blocs logiciel Open Source , traitement de l’information (containarization/ Kubernetes, …) et développement Secure by Design, etc…
    • Mais il est vrai que les systèmes embarqués ont longtemps résisté – et d’une certaine manière résistent encore  en raison des contraintes majeures de safety, qui porte aussi bien sur les approches (déterministes, …), les méthodes de développement (Requirement based engineering, …), cycles « en V », indépendance du développement et du test, etc… les « boîtes à outils » logicielles (Scade, …) que des langages utilisés (Ada, C voire C++, …)
    • Cependant des volontés « d’ouverture » de l’OT vers l’IT existent, sur l’ensemble des dimensions citées ci-dessus, allant jusqu’à l’emploi de nouveaux langages (exemple le Rust…) 
Je sais que les systèmes embarqués demandent des compétences en mécanique – par exemple en mécatronique - or je n’aime pas cette matière car la mécanique n’est pas une activité noble, elle demande de mettre les mains dans les mécanismes et j’ai horreur de me salir !
    • FAUX, voire un peu ridicule….
    • Oui, les systèmes embarqués ont pour caractéristiques de demander des fortes performances (notamment en délai de calcul et de réaction) dans des environnements sous contrainte d’encombrement, de température, de vibrations, de radiations électromagnétiques, etc…Mais ces contraintes sont sous la responsabilité d’ingénieur « Méca », qui s’appuient plus que jamais sir des outils de modélisation 3D, de simulation, etc…pour justement ne pas attendre la réalisation du produit physique pour en mesurer les défaillances… 
    • Alors oui, les systèmes embarqués requièrent du « concurrent engineering » qui permet à des équipes multidisciplinaires de travailler ensemble, dans le même but…ce qui représente une richesse incomparables par rapport aux métiers IT souvent très « silotés »…
Le monde des systèmes embarqués, c’est un monde de mecs!
    • FAUX, archi Faux ! Les femmes sont plus que bienvenues dans l’embarqué !
    • Le monde des systèmes embarqués est un monde pluridisciplinaire et très structuré, car il associe le « concurrent engineering » qui permet le travail entre différentes spécialités d’ingénierie inter et structure – en raison des contraintes safety notamment – les activités de spécification, de développement et de test vde vérification et de validation. Nous avons besoins de tous les talents masculins et féminins dans ces univers.
    • Il permet donc à chacun d’exprimer ses talents et les qualités pour lesquelles sont, sens de l’organisation, de la précision et du respect des règles…et leur recherche de l’équilibre est fondamental au sein d’équipes mixtes… 

Fiches métier

fiches

14 fiches métiers…… à développer… à développer…à développer…à développer…à développer…à développer…à développer…

Quelques repères sur l'embarqué

Rapport de l’OPIIEC sur les formations à l’embarqué

Cliquez sur les slides pour agrandir.

Annuaire des formations

Toutes les formations à l'embarqué en France