football betting tips and trickswww.betips.co.ukfootball predictions

Groupes de travail

LOIC : Logiciels pour Objets Intelligents et Connectés

Objectif

Faciliter les collaborations entre les professionnels de la chaine de valeurs des appareils électroniques mettant en oeuvre du logiciel embarqué sur MCU et MPU.
Réduire la complexité ainsi que la fragmentation de l’offre, afin d’assurer la compétitivité d’une filière française des développements de « Logiciels pour objets intelligents et connectés ». Tout type de volumes de production est visé, et tout particulièrement les petites et moyennes séries jusqu’à 250.000 pièces.
Ces objets intelligents et connectés, à destination des marchés grands publics ou professionnels, se caractérisent par des Qualité de Services dite “économiques”
(à criticité moyenne), par des coûts en lien avec la Bill-Of-Material. Ils sont par leurs diffusions dans tous les secteurs de l’industrie.
Pour répondre à la problématique de l’accroissement (>+20%) de besoins en compétences en logiciels et systèmes embarqués sur MCU et MPU, le groupe LOIC vise également à faciliter le développement des offres de formation initiale, professionnelle continue et en alternance.

Topologie des acteurs

LOIC s’adresse aux Bureaux d’étude en électronique, aux sociétés de service en logiciels embarqués, aux éditeurs d’outils, aux éditeurs de piles de communication (réseaux, IHM, RTOS, …), aux prestataires de formation, aux entreprises produisant des appareils électroniques, ainsi qu’à toute entreprise soucieuse d’améliorer ses process de mises sur le marché de produits ayant plus d’intelligence et/ou plus de valeur d’usage.

secteurs industriels
Consumers, Industrial, Healthcare, Metering, Energy, Home, Automation, WhiteGoods, …

NSL : Normes pour la Sûreté de fonctionnement Logiciel et système

Ce groupe de travail réunit des experts industriels des normes de Sûreté applicables aux systèmes embarqués critiques et à leur logiciel.
L’élaboration de ces normes -à laquelle participent ces experts- se fait encore trop souvent en “silo”, domaine par domaine, avec peu de contacts et d’échanges.
Le but de ce “think tank” est donc de décloisonner la réflexion, d’identifier les similitudes et les différences entre ces normes et de comprendre leurs justifications. Ces échanges entre experts, acteurs importants de la rédaction de ces normes dans leurs domaines respectifs, permettront à terme de dépasser ces différences, quand c’est possible et justifié.

Topologie des acteurs

NSL s’adresse aux entreprises fournissant des logiciels et systèmes critiques ou des outils en support à leur développement dans différents domaines : Aéronautique -civile et militaire-, Automobile, Espace, Ferroviaire, Industrie, Nucléaire, (liste non limitative, le groupe pouvant s’étendre à de nouveaux domaines).

Méthodes formelles

Objectif / Description

Ce GT est consacré aux méthodes formelles de développement.
Il organise un cycle de conférence/forum pour présenter bien sûr les fondements théoriques de ces méthodes, mais surtout faire un état de l’art et de la pratique, démystifier, échanger, et pourquoi pas monter ensemble des projets pour “passer à l’acte” ?
Les intervenants y sont à la fois des scientifiques et universitaires les plus compétents dans ces domaines et des utilisateurs “de terrain” qui ont déjà pratiqué ces méthodes et livrent leurs retours d’expérience.

Contexte

Ces méthodes ne sont pas assez connues mais ont un potentiel énorme pour faire progresser la productivité ET la qualité intrinsèque des développements de logiciels embarqués et de leurs outils de développement et de vérification. Et elles ne sont pas si difficiles à mettre en œuvre.
La première édition du Forum Méthodes Formelles (FMF) a eu lieu à Toulouse fin 2012 à l’initiative du DAS SE2L du pôle Aerospace Valley et du thème IFSE du RTRA AESE . De nouveaux partenaires ont rejoint l’organisation du forum depuis : pôle Minalogic en 2013, labex Digicosme en 2014, pôle Systematic en 2015.
FMF est devenu un groupe de travail d’ Embedded France en 2015.

Plan de travail du GT et livrables

Deux sessions du forum sont organisées annuellement. Les conférences ont lieu à Toulouse au LAAS-CNRS et sont retransmises en direct à Grenoble au centre INRIA Rhone Alpes ainsi que sur le campus de Saclay
– Prochaine journée : FMF6 dernier trimestre 2015 – Thème à définir
– Dernière journée : FMF5 16 Juin 2015 – Test et méthodes formelles
Le GT enregistre les sessions des forums ; les présentations effectuées et les vidéos sont disponibles sur ce site web : http://projects.laas.fr/IFSE/FMF/

Liste des membres

Canals Agusti – C&S
Bustany Francois – Systerel
Breton Nicolas – Systerel
Duprat Stéphane – Atos
Garavel Hubert – INRIA
Ladier Gérard – Aerospace Valley
Moy Yannick – Adacore
Pantel Marc – IRIT
Paulin Christine – LRI-Université Paris-Sud
Saint-Marcoux Guillaume – Minalogic
Schnoebelen Philippe – LSV-CNRS
Souyris Jean – Airbus
Vernadat Francois – LAAS-CNRS
Wiels Virginie – ONERA

Sécurité des Systèmes Autonomes

Objectif / Description

Le groupe de travail « Sécurité des Systèmes Autonomes » au sein de « Embedded France » propose une activité de « roadmaping » sur les thématiques « Safety » et « Cybersécurité » en produisant une feuille de route des défis scientifiques et une veille technologique à destination des industriels qui conçoivent et développent les systèmes autonomes dans les filières aéronautique, automobile, ferroviaire, naval…

Contexte

Les systèmes autonomes et connectés impliquent de nouvelles méthodes et de nouveaux outils de conception numérique. De nombreuses questions ouvertes sont à traiter :
• Véracité des données et Incertitudes : comment qualifier les modèles de capteurs et d’environnement ainsi que la robustesse de la fusion de données?
• Scénarios et Bases de tests : Comment les certifier ? Comment faire en sorte que les experts les reconnaissent?
• Démonstration de sûreté avec l’Humain dans la boucle : quel partage d’autorité, comment gèrer les situations de crise?
• Impact normatif : problématique d’intégration dans les processus industriels
• Apprentissage : comment certifier des systèmes adaptatifs et auto apprenants ?
• CyberSécurité « By design »?
En s’appuyant sur les travaux de mise à jour de la feuille de route du « Véhicule Autonome » ( du GT sécurité – plan NFI Vehicule Autonome Solution Mobilité), la communauté des acteurs des systèmes autonomes souhaitant contribuer à ce groupe ouvert partage et fait converger les éléments de réponses permettant aux industriels de travailler à l’état de l’art sur ces thématiques.
Un groupe de pilotage anime la communauté qui échange au travers d’un réseau social, plusieurs réunions physiques et une plénière annuelle. La mise à jour de la feuille de route est continue et le groupe édite une version annuellement.

Plan de travail du GT et livrables

En s’appuyant sur les travaux de mise à jour de la feuille de route du « Véhicule Autonome » ( du GT sécurité – plan NFI Vehicule Autonome Solution Mobilité), la communauté des acteurs des systèmes autonomes souhaitant contribuer à ce groupe ouvert partage et fait converger les éléments de réponses permettant aux industriels de travailler à l’état de l’art sur ces thématiques.
Un groupe de pilotage anime la communauté qui échange au travers d’un réseau social, plusieurs réunions physiques et une plénière annuelle. La mise à jour de la feuille de route est continue et le groupe édite une version annuellement.

Liste des membres

Airbus, Alstom, PSA, SNCF, RATP, Renault

Contact pour rejoindre le groupe

Paul Labrogère: paul.labrogere@irt-systemx.fr

Many Core Certifiable

Objectif / Description

Ce groupe de travail réuni des experts de l’embarqué, à la fois:
– Les utilisateurs des technologies manycore,
– Les éditeurs de logicielle (afin de faciliter le développement d’applications et donner accès à des outils efficaces)
– Les fabricants de processeurs (le concepteur des technologies manycore), etc.
L’objectif ultime de ce groupe est de rendre la technologie manycore la plus accessible possible pour que toute l’industrie embarquée profite des avantages de cette nouvelle technologie en offrant des produits plus sures, plus performants et consommant toujours moins.

Les axes de travail de ce groupe suivront les 3 directions suivantes:
– Le développement logiciel:
o Vulgariser le développement sur manycore afin que le choix d’une solution de calcul intensif ne soit plus un obstacle.
o Mettre au point des logiciels certifiables permettant le développement d’applications critiques et performantes. Ce volet sera traité en collaboration avec le groupe de « Sureté de fonctionnement logiciel et système ».
o Influencer les standards de développement
– La certification des applications basée sur le maynocre
– La conception de nouvelles générations de processeur manycore pour l’embarqué

Contexte

Les besoins en puissance de calcul autour de nous sont en forte croissance. L’arrivée de nouvelles applications (Réalité virtuelle, augmentée, Intelligence artificielle) font que beaucoup d’industries recherchent de nouvelles solutions de calcul embarqué à fort rendement.
Les technologies de calcul d’aujourd’hui arrivent doucement mais surement vers une asymptote dans la course vers la puissance de calcul. Pour le moment se faisant au détriment de la consommation d’énergie en augmentant la fréquence de calcul des processeurs à chaque génération. Ceci ne n’est cependant pas compatible avec les besoins des applications embarquées à la recherche de minimiser la consommation d’énergie.
L’industrie du semi-conducteur a du mal à trouver des moyens pour accroitre les performances de calcul des processeurs afin de soutenir les exigences de l’industrie.

L’approche la plus prometteuse consiste à augmenter le nombre de cœurs de calcule par processeur l’approche adoptée par les data center depuis plusieurs années). Les solutions actuelles telles que les processeurs multi-core et les GPU utilisent cette approche, mais ne proposent pas encore de solutions optimales en terme d’efficacité énergétique. En outre, aucun ne convient pour les applications en temps réel en raison de leur latence élevée et du manque de déterminisme (le temps pour exécuter une fonction critique n’est pas garanti).

Néanmoins, augmenter le nombre de cœurs permet d’augmenter les performances tout en gardant une consommation d’énergie optimisée mais cela augmente aussi la complexité pour développer du logiciel. En effet, programmer un multi-core ou un manycore, nécessite un savoir-faire et des outils plus complexes que pour les traditionnels processeurs mono-core. Cette problématique est un point clé dans l’adoption des manycores puisque le développement logiciel est la source la plus importante des dépenses dans les départements R&D des industriels de l’embarqué.

Liste des membres

Disponible bientôt